Archives du mot-clé safe water bottles

Master McGrath

Master McGrath (1866–1873) was a famous Greyhound in the sport of hare coursing.

Master McGrath was born in County Waterford, Ireland. A small, weak pup, he went on to become the most celebrated and successful dog of his time. Master McGrath was born in 1866 at Colligan Lodge, the home of James Galwey, a well known trainer and owner of greyhounds. Master McGrath was one of a litter of seven pups and although small was powerfully built. As a pup his pet name was « Dicksy ».

The dog showed none of the outstanding qualities which were later to make him famous at his first trial; his performance was so bad that his trainer ordered him to be given away. As luck would have it his « slipper » (handler) took charge of him and having more faith in him, entered him in several courses which he won. After these wins he was returned to his trainer.

He won the Waterloo Cup on three occasions, 1868, 1869 and 1871 and was the first greyhound to do so. He became such a celebrity that his owner, Lord Lurgan, was asked to take him to be seen by Queen Victoria and the British Royal Family. His success enabled his owner to build a terrace of houses in Walthamstow from Master McGrath’s winnings. These houses now form part of Shernhall Street, but are still clearly marked at one end of the terrace as « Master McGrath Terrace ».

Master McGrath died early in 1873 of heart disease which had already ended his career as a sire. An autopsy showed that his heart was twice the size of a normal dog’s heart. He was buried in the grounds of a house called « Solitude » in Lurgan. The house has since been demolished for development and Master McGrath’s grave lies at a house once owned by an early English settler.

Eighteen sixty eight being the date and the year,
Those Waterloo sportsmen and more did appear;
For to gain the great prizes and bear them awa’,
Never counting on Ireland and Master McGrath.

On the twelfth of December all glass water bottle, that day of renown,
McGrath and his keeper they left Lurgan town;
A gale in the Channel, it soon drove them o’er,
On the thirteenth they landed on fair England’s shore.

And when they arrived there in big London town,
Those great English sportsmen all gathered round –
And one of the gentlemen gave a « Ha! Ha! » Saying,
« Is that the great dog you call Master McGrath? »

And one of those gentlemen standing around
Says, « I don’t care a damn for your Irish greyhound, »
And another he laughs with a scornful « Ha! Ha!
We’ll soon humble the pride of your Master McGrath. »

Then Lord Lurgan stepped forward and said all glass water bottle, « Gentlemen,
If there’s any among you has money to spend –
For your grand english nobles I don’t care a straw –
Here’s five thousand to one upon Master McGrath. »

Then McGrath he looked up and he wagged his old tail,
Informing his lordship, « I know what you mane,
Don’t fear, noble Brownlow, don’t fear them, agra,
For I’ll tarnish their laurels, » says Master McGrath.

And Rose stood uncovered, the great English pride,
Her master and keeper were close by her side;
They have let her away and the crowd cried « Hurrah! »
For the pride of all England – and Master McGrath.

As Rose and the Master they both ran along,
« Now I wonder, » says Rose, « what took you from your home;
You should have stayed there in your Irish domain,
And not come to gain laurels on Albion’s plain. »

« Well, I know, » says McGrath, « we have wild heather bogs
But you’ll find in old Ireland there’s good men and dogs.
Lead on, bold Britannia, give none of your jaw,
Stuff that up your nostrils, » says Master McGrath.

Then the hare she went on just as swift as the wind
He was sometimes before her and sometimes behind.
Rose gave the first turn according to law;
But the second was given by Master McGrath

Real Madrid Club de Fútbol Away NACHO 18 Jerseys

Real Madrid Club de Fútbol Away NACHO 18 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

.

The hare she led on with a wonderful view.
And swift as the wind o’er the green field she flew.
But he jumped on her back and he held up his paw
« Three cheers for old Ireland, » says Master McGrath.

I’ve known many greyhounds that filled me with pride,
In the days that are gone, but it can’t be denied,
That the greatest and the bravest that the world ever saw,
Was our champion of champions, great Master McGrath.

There was also a tune; « The Master McGrath Gallop » by H. R. Callcott R safe water bottles.A.M. (Composer of The Massereene Waltzes)

Sharp PC-1211

The Sharp PC-1211 is a small handheld computer that was introduced in 1980s. It is considered as one of the earliest pocket computers as it can perform calculations as well as be programmed in BASIC. It is powered by two 4-bit CPUs laid out in power-saving CMOS circuitry. One acted as the main CPU, the other dealt with the input/output and display interface.

A badge-engineered version was marketed by Radio Shack as the original model of the TRS-80 Pocket Computer line.

A badge-engineered version of the Sharp PC-1211 was marketed by Radio Shack as the original TRS-80 Pocket Computer. (This was later referred to as the « PC-1 » to differentiate it from subsequent entries (PC-2 onwards) in the TRS-80 Pocket Computer line.)

Introduced in July 1980, the « PC-1 » measured 175 × 70 × 15 mm and weighed 170 g nebraska football uniforms, and had a one-line, 24-character alphanumeric LCD.

The TRS-80 Pocket Computer was programmable in BASIC, with a capacity of 1424 « program steps ». This memory was shared with variable storage of up to 178 locations, in addition to the 26 fixed locations named A through Z.

Programs and data could be stored on a cassette tape through an optional external tape interface unit. A printer/cassette interface was available, which used an ink ribbon on plain paper.

Sharp PC-1211. This example exhibits a display that is failing.

CE-122 printer in travel case safe water bottles.

Rebadged « TRS-80 Pocket Computer » version.

Ladoke Akintola University of Technology

Ladoke Akintola University of Technology (LAUTECH) is a tertiary institution located in Ogbomosho, Oyo State safe water bottles, Nigeria. The university enrolls 25,000 students and employs more than 3,000 workers including contract staffs.

In 1987, Governor Adetunji Olurin, the then Military Governor of Oyo State (now split into two states: Oyo and Osun), received to a request by the Governing Council of the Polytechnic Ibadan to establish a state university. He set up a committee that, in 1988, recommended the creation of the university. By March 13, 1990, Nigeria’s federal military government accepted the state’s request; the edict establishing Oyo State University of Technology was signed on April 23, 1990 custom youth football jerseys.

The first vice-chancellor of the university was Professor Olusegun Ladimeji Oke. During the time, Late Bashorun M.K.O. Abiola became the first chancellor in January 1991. The University began its first academic session on October 19, 1990 with a total of 436 candidates enrolled in four faculties, namely Agricultural Sciences, Environmental Sciences, Engineering and Management Sciences, and Pure and Applied Sciences. A College of Health Sciences was established a year later.

The name of the university was changed to Ladoke Akintola University of Technology after the separation of Osun State from Oyo State.

The university enrolls nearly 20 how to tenderize meat without a mallet,000 students in six faculties and a college. For two consecutive seasons, in 2003 and 2004, the Nigerian Universities Commission (NUC) rated LAUTECH as the best state university in Nigeria.

The main campus is in Oyo state. This campus is the site of the university’s administration, as well as home to five faculties and the post-graduate school. Fields of study include pure and applied science, medicine, agriculture, engineering and technology, and environmental science.

Another campus is located in Osogbo, home to the College of Health Sciences. Departments of medicine and surgery, medical laboratory science and nursing are housed there. Medical students presently shovel between the College of Health Sciences at Osogbo, and the recently built teaching hospital (LTH) at Ogbomoso, Oyo state drill team uniforms.

The ownership of LAUTECH has always been a source of conflict between the two-owner states (Oyo State and Osun State) especially after Osun State acquired her own university. The government of Oyo State wants Osun to transfer full ownership of the University to them while the other party disagrees. This conflict grew intense in 2010 under the administrations of ex-Governor Adebayo Alao-Akala of Oyo State and his former counterpart ex-Governor Olagunsoye Oyinlola of Osun State. The feud which was suspected to have been ignited by political interests was resolved eventually after series of intervention by notable political icons and the National Universities Commission in Nigeria. Today, the school is still controlled by the governments of both Oyo and Osun States and admission priorities are given to indigenes of both states in the Southwest of Nigeria.

The School Main campus is located at Ogbomoso North Local Government,Ogbomoso,Oyo State, Nigeria while the Mini campus is located at Osogbo,Osun State.The Main campus first gate is located along the Old Ogbomosho-Ilorin road while its other entrance is at Under G area. The university runs a preDegree program as a

Pier Maria Canevari

Pier Maria Canevari (Genova, 19 dicembre 1724 – Passo della Scoffera, 1º maggio 1747) è stato un militare italiano meat tenderizer definition.

Figlio di Domenico Canevaro, centocinquantaseiesimo doge della Repubblica di Genova e di Maria Maddalena De Franchi. Insieme ai fratelli Nicolò Maria e Francesco Maria venne ascritto alla nobiltà genovese nel 1730. Aveva anche una sorella di nome Maria, che sposò il nobile Stefano Ferretto.

Nell’ambito della guerra di successione austriaca, la Repubblica di Genova entrò in guerra contro il regno di Sardegna e l’Austria, e Pier Maria a partire dal 1745 fu tra i promotori, insieme ad altri giovani patrizi running water holder, del reggimento Libertà, poi Liguria Reale, formato esclusivamente da cittadini della repubblica.

L’anno seguente il reggimento fu impegnato nella difesa del forte di Gavi, presidio che proteggeva l’accesso alla capitale ligure sulla via Postumia. Canevari e i suoi cedettero al nemico solo su ordine del governo genovese che si era arreso al comandante delle forze austriache Antoniotto Botta Adorno il 6 settembre 1746.

Il 5 dicembre 1746 iniziò la rivolta popolare contro l’occupante austriaco che ebbe la fiammata iniziale a seguito della sassata contro le truppe da parte di un ragazzo tradizionalmente indicato col nomignolo di Balilla, e successivamente identificato – peraltro senza alcuna prova certa – con Giovan Battista Perasso. Il Canevari risulta uno dei primi patrizi coinvolti dai popolani nell’organizzazione dell’insurrezione, tanto da risultare uno dei massimi promotori del Comitato dei difensori della Libertà, organo che si pose a capo della sommossa. Il 10 dicembre vi fu la completa scacciata degli austriaci dalla città.

Il 23 dicembre venne assegnato al Canevari il posto di difesa di Crocetta d’Orero e dagli ultimi giorni del 1746 al 1º maggio dell’anno seguente riuscì con limitati mezzi e truppe raccogliticcie a resistere alla pressione delle truppe nemiche nell’Appennino genovese, coadiuvato da Agostino Pinelli.

Il 1º maggio Canevari e le sue truppe furono attaccate dagli austriaci presso il passo della Crocetta. Gli attaccanti vennero respinti e molti di loro catturati ma, uno dei prigionieri croati riusci a sparare al Canevari e ad ucciderlo goalie outfits.

Il corpo venne trasportato a Genova dove fu tumulato presso la Chiesa di Santa Maria di Castello.

Il Canevari, insieme al Balilla e Lorenzo Barbarossa, venne considerato uno degli eroi della resistenza genovese contro l’invasore austriaco e nel poemetto Libeaçion de Zena, d’autore rimasto anonimo, è riportato come figura principale della ribellione genovese safe water bottles.

Sénégal

République du Sénégal (fr)

Le Sénégal, en forme longue la République du Sénégal, est un pays d’Afrique de l’Ouest. Il est bordé par l’océan Atlantique à l’ouest, la Mauritanie au nord, à l’est par le Mali, la Guinée et la Guinée-Bissau au sud. La Gambie forme une quasi-enclave dans le Sénégal, pénétrant à plus de 300 km à l’intérieur des terres. Les îles du Cap-Vert sont situées à 560 km de la côte sénégalaise. Le pays doit son nom au fleuve qui le borde à l’est et au nord et qui prend sa source dans le Fouta Djallon en Guinée. Le climat est tropical et sec avec deux saisons : la saison sèche et la saison des pluies.

L’actuel territoire du Sénégal a vu se développer plusieurs royaumes dont le Djolof, vassaux des empires successifs du Ghana, du Mali et Songhaï. Après 1591, il subit le morcellement politique ouest-africain consécutif à la bataille de Tondibi. Au XVIIe siècle, plusieurs comptoirs appartenant à différents empires coloniaux Européens s’établissent le long de la côte, ils servent de support au commerce triangulaire. La France prend peu à peu l’ascendant sur les autres puissances puis érige Saint-Louis, Gorée, Dakar et Rufisque en communes françaises régies selon le statut des Quatre communes. Avec la Révolution industrielle, la France désirait construire un chemin de fer afin de les relier et entra en conflit avec le Damel du Cayor, Lat Dior. Ce conflit permit à la France de faire officiellement du Cayor un protectorat en 1886, un an après la fin de la conférence de Berlin. La colonisation de l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest est alors amorcée et Saint Louis, puis Dakar deviendront les deux capitales successives de l’Afrique-Occidentale française créée en 1895. Dakar devient ensuite la capitale de la République sénégalaise au moment de l’indépendance en 1960. Contrairement aux autres anciennes colonies de l’AOF le Sénégal indépendant moderne est donc le résultat du regroupement d’un territoire peuplé d’anciens citoyens français (Les Quatre communes) et d’un territoire peuplé d’anciens « Indigènes » (le reste du pays).

Le pays fait partie de la CEDEAO. Depuis le 2 avril 2012, le président du pays est Macky Sall. Intégré aux principales instances de la communauté internationale, le Sénégal fait également partie de l’Union africaine (UA), de la Communauté des États sahélo-sahariens (CES) et de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

L’explication de l’origine du nom Sénégal reste controversée. Dès 1850, l’abbé David Boilat, quarteron et fils de signare (riche commerçante métisse), y voyait dans ses Esquisses sénégalaises une déformation de l’expression wolof suñu gaal, c’est-à-dire « notre pirogue ». Très populaire, c’est la version la plus souvent relayée par les médias. Elle est pourtant contestée depuis les années 1960 et plusieurs autres étymologies ont été avancées, par exemple celle qui rattache le toponyme à une tribu berbère du Sahara, les Zenaga. Mais le débat scientifique pencherait plutôt en faveur des Zenaga ou Sanhadja aujourd’hui. En effet certains[Qui ?] disent que le nom vient du berbère signifiant le point de retour des Berbères, syin id noughal.

Le plus souvent la préhistoire et protohistoire du Sénégal évoquent avant tout les cercles mégalithiques de Sénégambie ou les amas coquilliers artificiels, tels ceux de l’île de Fadiouth.

Pendant la préhistoire, la présence d’un peuplement assez ancien est estimé très antérieure à l’ère chrétienne. Des bifaces en amande du paléolithique inférieur ont été découverts dans la presqu’île du Cap-Vert, ainsi que d’autres objets en pierre plus élaborés (hachereaux, racloirs) dans la région de Rufisque et au bord des rivières du Sénégal oriental.

Au néolithique, l’outillage se diversifie et la céramique fait son apparition. Les fouilles menées dans les régions côtières ont mis au jour des restes de cuisine qui témoignent d’une importante population de pêcheurs et commerçants (marigot de Khant dans le delta, embouchure du Saloum).

La métallurgie se développe à l’époque protohistorique (Ier millénaire av. J.-C.), où l’on retrouve des tombeaux en forme de tumulus. Dans le centre du pays, débordant sur l’actuelle Gambie, on trouve un ensemble de cercles de mégalithes sur un secteur de 100 km sur 250 km. On retrouve ce type d’alignement dans le nord est de la république centrafricaine.

Les peuplements se sont progressivement consolidés pour aboutir à la création des premiers royaumes qui se forment au VIIe siècle, les Toucouleurs fondent le Tekrour, le Royaume du Namandirou, puis le Djolof, avec de lointaines parentés avec l’empire du Ghana. Parmi les différents royaumes, le plus puissant au XIVe siècle était l’empire du Djolof qui regroupait le Cayor, le Baol, les royaumes sérères du Sine et du Saloum, le Waalo, le Fouta-Toro et le Bambouk. Au sud du pays, l’État du Kaabu, puis le Fouladou.

Le Djolof était un empire fondé par Ndiadiane Ndiaye, premier bourba (roi) djolof. Il avait été élu comme chef dans ce qui allait devenir le royaume du Oualo, au nord-ouest de l’actuel Sénégal, dans la région du fleuve. Il avait réuni toutes les populations d’ethnie wolof pour fonder cet empire au XIIIe siècle. L’empire s’effondra en 1549, avec la mort du dernier empereur du Djolof, Lélé Fouli Fak, tué par Amary Ngoné Sobel Fall, alors chef de la région du Cayor.

Le Djolof est resté vassal de l’empire du Mali pendant un siècle. À partir de là, les autres États allaient, tour à tour, prendre leur indépendance jusqu’à réduire le grand empire du Djolof aux dimensions d’une royauté dans la partie centrale du pays. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les colons français annexèrent progressivement tous les royaumes du Sénégal. Le Djolof fut le dernier royaume annexé avec le départ en exil de Alboury Ndiaye, sous l’impulsion de Louis Faidherbe.

L’islam est introduit au Sénégal pour la première fois entre le VIIIe siècle et le IXe siècle par le biais des commerçants arabo-berbères. Ils diffusent pacifiquement cette religion et convertissent les Toucouleurs, lesquels la propageront partout au Sénégal. Plus tard, au XIe siècle, les Almoravides, aidés des Toucouleurs, tentent d’islamiser les groupes de religion traditionnelle par le Djihad. C’est l’une des raisons qui entraîne la migration des Sérères vers le Sine-Saloum, des Wolofs, des Peuls et des Mandingues, qui étaient tous concentrés au Tekrour. Une légende populaire, chantée par les griots et illustrée par le poète-président Senghor, rattache d’ailleurs la filiation du premier Bourba Djolof Ndiadiane N’Diaye à la dynastie des Almoravides (fondatrice de Marrakech et responsable de l’attaque repoussée par le célèbre « Cid »). L’islam se propage très tôt dans l’empire du Djolof. Mais c’est au XIXe siècle qu’il gagne véritablement l’ensemble des populations, pacifiquement, grâce aux marabouts et leurs confréries tels que El Hadji Malick Sy pour la tidjaniya ou Amadou Bamba, fondateur de la confrérie mouride, qui émerveillent les populations par leur érudition et leurs miracles. C’est également un moyen pour les populations de s’unir et se protéger contre les ravages que connaissent les royaumes au XIXe siècle (djihads répétés, colonisation forcée).

Le XIXe siècle est en effet marqué par la chute des royaumes, l’avancée des colons européens ainsi que par la résistance anticoloniale, illustrée par des personnages tels que Aline Sitoe Diatta, Sidya Ndaté Yalla Diop, El Hadj Oumar Tall, Mamadou Lamine Dramé, Bouna Alboury Ndiaye, Alpha Molo Balde, Maba Diakhou Ba, Ndeté Yalla Mbodj, Moussa Molo Balde, Djignabo Badji, Lat Dior… La religion catholique se diffuse avec les missionnaires européens à partir du XIXe siècle, en particulier au Sine et en Casamance.

La conquête coloniale commence dès la découverte de ces terres entre 1442 et 1456 par le navigateur vénitien Cadamosto pour le compte du Portugal. Les Portugais se lancent alors rapidement dans la traite des Noirs, mais devront bientôt faire face à la concurrence des négriers britanniques, français et hollandais à travers le Commerce triangulaire.

Les Hollandais fondent un comptoir sur l’île de Gorée, la France établit en 1659 celui de Saint-Louis qui deviendra la première capitale du Sénégal. En 1677, les Français occupent à leur tour l’île de Gorée (un des principaux centres du commerce des esclaves avec Saint-Louis et le fort de l’île James en Gambie).

Le XVIIIe et le XIXe siècles voient l’apogée des signares, de riches commerçantes métisses, centrées sur Gorée et Saint-Louis, qui restent extérieures au commerce des esclaves.

La seconde République de 1848 crée un mandat de député pour Saint Louis. L’ordre colonial s’impose avec Faidherbe, gouverneur du Sénégal (territoire des Quatre Communes) de 1854 à 1861 et de 1863 à 1865, qui jette les bases de la future Afrique-Occidentale française (AOF). Respectueux des coutumes indigènes, il étend l’influence française très au-delà du Sénégal, travaille à développer l’économie locale et créé le port de Dakar. La troisième République consacre le statut des quatre communes à Saint-Louis, Gorée, Dakar et Rufisque.

La conférence de Berlin s’achève le 26 février 1885, les puissances européennes se partagent alors l’Afrique et annexent désormais les royaumes situés à l’intérieur des terres. La colonisation de l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest s’achève quelques années plus tard. L’Afrique-Occidentale française (AOF) est créée en 1895. Deux statuts vont alors cohabiter au sein de la population, les habitants des quatre communes sont citoyens Français de plein droit tandis que les populations des territoires nouvellement colonisés seront soumis à l’indigénat. Sous l’influence du député noir Blaise Diagne, un statut particulier peut être choisi par les habitants des quatre communes à partir de 1916. Ces dernières envoient des conscrits pendant les deux conflits mondiaux. En 1919, certains troubles agitent Dakar. Le tirailleur Cheikou Cissé, né au Soudan français et blessé pendant la guerre, est condamné à la peine de déportation perpétuelle et envoyé au bagne de Nouvelle-Calédonie. Mort en 1933, il a fait l’objet d’une lutte de la part des milieux anticolonialistes français (dont le Secours rouge international et la SFIC communiste).

Après Saint-Louis, Dakar devient, en 1902, la capitale de l’Afrique-Occidentale française, l’une des colonies françaises.

En avril 1959, la République soudanaise (actuel Mali) et le Sénégal fusionnent pour former la Fédération du Mali. Le la fédération devient indépendante suite aux transferts de pouvoirs convenus dans l’accord signé en France le . Cette date est considérée comme le jour officiel d’accession du Sénégal à l’indépendance.

Le , le Sénégal se retire de la fédération du Mali et proclame son indépendance.

Alors que le Président du Conseil, Mamadou Dia, incarne le sommet de l’État dans un système parlementaire bicéphale de type quatrième République (la politique économique et intérieure pour lui, la politique extérieure pour Senghor), ses relations avec le Président de la République s’enveniment peu à peu. Il est arrêté et accusé de « tentative de coup d’État » avec quatre autres ministres, Valdiodio N’diaye, Ibrahima Sarr, Joseph Mbaye et Alioune Tall. Alors que le procureur général ne requiert aucune peine, ils sont condamnés à 20 ans d’emprisonnement au centre spécial de détention de Kédougou.

Le procureur général de l’époque, Ousmane Camara, revient sur le déroulement du procès dans une autobiographie publiée en 2010 : « Je sais que cette haute cour de justice, par essence et par sa composition, (ndlr : on y retrouve des députés ayant voté la motion de censure), a déjà prononcé sa sentence, avant même l’ouverture du procès (…) La participation de magistrats que sont le Président (Ousmane Goundiam), le juge d’instruction (Abdoulaye Diop) et le procureur général ne sert qu’à couvrir du manteau de la légalité une exécution sommaire déjà programmée ».

De nombreuses personnalités comme Jean-Paul Sartre, le pape Jean XXIII ou encore François Mitterrand demandent leur libération mais Senghor ne décide de les gracier et de les libérer qu’en mars 1974 ; ils sont amnistiés en , un mois avant le rétablissement du multipartisme au Sénégal. Malgré l’annonce de la révision du procès de Mamadou Dia et de ses acolytes par Abdoulaye Wade au début de son premier mandat présidentiel, cet épisode dramatique de l’Histoire du Sénégal reste un sujet délicat car de nombreux politologues et historiens considèrent cet événement comme la première véritable dérive politicienne de la part de Senghor[réf. nécessaire].

À la suite de cet événement, Léopold Sédar Senghor met en place le 7 mars 1963 un régime présidentiel fort. En 1966, l’UPS devient le seul parti autorisé. Il faudra attendre une dizaine d’années avant le rétablissement du multipartisme au Sénégal en mai 1976.

Le Sénégal et la Gambie s’unissent en 1982 pour former la Confédération de Sénégambie, mais celle-ci ne fut que théorique et n’a jamais été mise en application. Elle est finalement dissoute en 1989.

Des affrontements ont lieu depuis 1982 de manière intermittente entre les séparatistes installés dans le Sud de la Casamance et les forces gouvernementales. Après plusieurs tentatives infructueuses, un nouvel accord a été signé à Ziguinchor le entre le ministre de l’Intérieur Ousmane Ngom et l’abbé Augustin Diamacoune Senghor, chef de la rébellion du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).

Un autre foyer de conflit entre des Casamançais et la Guinée-Bissau s’est développé en avril 2007.

En 1989, la Mauritanie et le Sénégal ont rejeté violemment et respectivement les communautés du pays voisin alors que la plupart étaient nés depuis longtemps dans leur nouveau pays d’adoption et s’étaient bien implantés dans le tissu social et économique. Selon le HCR, des réfugiés sont toujours établis le long du fleuve Sénégal. En 2007, le président de la Mauritanie a déclaré lors de sa campagne, être en faveur du retour de ses compatriotes vivant au Sénégal et au Mali contre leur gré.

Le Sénégal est l’un des pays les plus stables d’Afrique car il n’y a jamais eu de coup d’État, et le « modèle sénégalais » était souvent mis en avant dans le passé, même si Amnesty International dénonce encore quelques arrestations à caractère politique.

Le Sénégal est une république démocratique (présence de plusieurs partis politiques). Le régime est semi-présidentiel car à l’indépendance, le Sénégal a adapté le modèle politique français de 1958 comme d’autres pays africains qui étaient membres de l’AOF. La constitution du Sénégal date de 1959, elle a été révisée dès 1960 par Léopold Sédar Senghor à la suite d’un référendum. Plusieurs révisions vont se succéder notamment celle de 1963 qui instaure le régime présidentiel (à cette époque : suppression du Premier ministre) puis celle de 2001 qui ramène le mandat présidentiel de sept ans à cinq ans (le Sénat sera supprimé puis rétabli en 2007).

Le président de la République est le chef de l’État, élu au suffrage universel direct pour une durée de cinq ans renouvelable une fois. Il nomme le Premier ministre qui choisit à son tour les ministres de son cabinet et propose leur nomination au président de la République.

Le premier président est Léopold Sédar Senghor, leader charismatique et poète de renom. En 1981 son Premier ministre Abdou Diouf prend sa succession, mais en 2000 le Parti démocratique sénégalais l’emporte avec Abdoulaye Wade, réélu en 2007. L’élection présidentielle de 2012 voit la victoire de Macky Sall face à Abdoulaye Wade.

Le Parlement du Sénégal est doté d’une chambre: l’Assemblée nationale.

Instituée le 20 août 1960, l’Assemblée nationale accueille 150 députés, élus au suffrage universel direct pour une durée de cinq ans. Le scrutin est majoritaire à un tour au niveau des départements à concurrence de 90 députés et proportionnel sur une liste nationale à concurrence de 60 députés. L’Assemblée est aujourd’hui présidée par Moustapha Niasse, installé le 31 juillet 2012 à la suite des législatives du 1er, marquées par une très large victoire de la coalition présidentielle Bennoo Bokk Yakar. Les élections législatives sénégalaises de 2007 se sont soldées par une très large victoire de la coalition présidentielle, alors le PDS, mais près des deux tiers des électeurs ne s’étaient pas rendus aux urnes, notamment en raison d’un mot d’ordre de boycott de la part des partis d’opposition.

Le Sénat, supprimé en 2001 à la suite d’un référendum constitutionnel, a été rétabli en mai 2007 puis supprimé à nouveau en 2012 après l’élection présidentielle. Les sénateurs étaient au nombre de 100, 35 étaient élus au suffrage indirect dans les départements et les 65 autres étaient désignés par le chef de l’État. Le Sénat a eu comme dernier président Pape Diop, ancien maire de la ville de Dakar.

La loi sur la décentralisation, mise en application en janvier 1997, accorde des pouvoirs significatifs aux assemblées régionales.

Supprimée en 1992 safe water bottles, la Cour suprême du Sénégal avait été remplacée par trois organes spécialisés, la Cour de cassation, le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel, assez semblables à leurs homologues français.

En août 2008 une loi organique recrée une Cour suprême par la fusion entre la Cour de cassation et le Conseil d’État.

Le Conseil Constitutionnel comprend cinq membres qui sont nommés par décret pour six ans non renouvelables, dont un président et un vice-président. Il est partiellement renouvelé tous les deux ans, à raison de deux membres au maximum. Son rôle est de contrôler les élections législatives et de vérifier la constitutionnalité des lois et les engagements internationaux.

Le Sénégal a aboli la peine de mort le . Les rapports homosexuels sont passibles de peines de prison.

Il existe une grande diversité linguistique à travers les langues au Sénégal. La Constitution de 2001 a reconnu au français le statut de langue officielle et à six langues celui de langues nationales, le wolof — langue parlée par le plus grand nombre de personnes même appartenant à d’autres ethnies — le sérère, le peul, le mandingue, le soninké et le diola. Cinq autres langues vernaculaires ont été promues peu après : le hassaniyya, le balante, le mancagne, le noon et le manjaque ; suivies de trois autres langues : le ménik, l’oniyan et le saafi-saafi ; d’autres ajouts de langues codifiées sont en cours. Au total ce sont 21 langues sur 27 répertoriées qui bénéficient du statut de langue nationale au Sénégal. Le Sénégal est membre de l’assemblée parlementaire de la francophonie depuis 1967 ainsi que de l’organisation internationale de la francophonie depuis 1970. Le français est la langue officielle et de l’administration, parlée par 29 % des Sénégalais. Le français ou le wolof servent de langues de communication entre les locuteurs de langues différentes. Le wolof (parlé par 72,3 % de la population) est la langue vernaculaire du pays (échanges et commerce). L’arabe est aussi présent dans le pays, il est souvent utilisé par les dignitaires religieux. La plupart des Sénégalais parlant cette langue ont fait des études de théologie islamique.

Les régions sénégalaises de Dakar, Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Kedougou, Kolda, Louga, Matam, Saint-Louis, Sedhiou, Tambacounda, Thiès et de Ziguinchor sont membres de l’Association internationale des régions francophones.

Le Sénégal a une importante façade maritime à l’ouest avec l’océan Atlantique (530 km de côtes). Le fleuve Sénégal constitue une frontière au nord avec la Mauritanie et à l’est avec le Mali. Au sud-est, la frontière avec la Guinée est traversée par les contreforts de la montagne du Fouta-Djalon et au sud-ouest avec la Guinée-Bissau par une forêt tropicale. La Gambie forme une enclave et sépare la région de la Casamance du reste du pays.

Le territoire sénégalais est compris entre 12°8 et 16°41 de latitude nord et 11°21 et 17°32 de longitude Ouest. Sa pointe ouest (la presqu’île du Cap-Vert) constitue la partie la plus occidentale de toute l’Afrique continentale. La ville de Dakar qui y est située bénéficie du climat le plus doux du pays.

Le pays s’étend sur 196 722 km2.

Le bassin sédimentaire sénégalais constitue un segment du bassin sénégalo-mauritano-guinéen, vaste bassin côtier de marge continentale passive. Ce bassin sédimentaire est limité à l’est et au sud-est par la chaîne des Mauritanides et au sud, par le Bassin de Bové. Long de 1 300 km, dans son extension maximale (Mauritanie-Guinée-Bissau), ce bassin atteint une largeur maximale d’environ 550 km à la latitude de Dakar.

Appuyé sur le Craton ouest-africain, le bassin côtier accumule une puissante série sédimentaire, d’origine principalement marine, qui débute au Trias-Lias et se termine au Miocène. Depuis la limite orientale du bassin, proche de Bakel, les dépôts s’épaississent vers l’ouest, d’abord progressivement, puis, passant une flexure localisée entre 15°30’W et 16°30’W (Spengler et al., 1966 ; Latil-Brun et Flicoteaux, 1986), leur épaisseur augmente rapidement, pour atteindre, à Dakar, des épaisseurs de plus de 6000 mètres à 7000 mètres (Castelain, 1965 ; Spengler et al., 1966). En Casamance, les profondeurs estimées dépasseraient huit mille mètres.

Malgré le caractère apparemment subhorizontal des couches, les données de l’exploration pétrolières indiquent une forte structuration et une importante compartimentation des dépôts, dont le Horst de Diass donne un aperçu. Au Sénégal, la série du Mésozoïque-Cénozoïque affleurante se limite aux niveaux stratigraphiques les plus supérieurs, n’interceptant les roches d’âge Campanien que très marginalement alors que le Maastrichtien est mieux exposé dans le Horst de Diass, malgré la présence d’une puissante cuirasse latéritique.

Les séries cénozoïques sont plus largement représentées à l’affleurement, exposées dans les falaises de la presqu’île du Cap-Vert et aussi dans la falaise à l’ouest et au sud de Thiès et marginalement dans le Sine, où elles sont surtout connues en puits. Les plus beaux affleurements se localisent à la marge passive atlantique. Au cœur du bassin la série sédimentaire est masquée par la cuirasse latéritique fini-Tertiaire et, vers le nord-ouest, par les dépôts de sédiments éoliens quaternaires. Dans cette région centrale et orientale, les seuls affleurements tertiaires connus sont limités aux rives du lac de Guier et à la haute vallée du fleuve Sénégal, dans la région de Matam, les grès du «Continental terminal» (renommé Formation du Saloum en 2009) venant largement sceller et masquer la série marine du Paléogène. En Casamance, il est connu, en forage, que la série marine monte jusque dans le Miocène.

Du volcanisme du Miocène apparaît régionalement dispersé dans la presqu’île du Cap-Vert et la région de Thiès ; il est représenté par des laves et des tuffs coiffés par la cuirasse ferrugineuse cuirasse latéritique d’âge fini-Pliocène (Crévola, 1994). Le volcanisme quaternaire, polyphasé, est restreint à la pointe de la presqu’île du Cap-Vert.

De récentes cartes géologiques du Sénégal (2009) viennent d’être élaborées dans le cadre de la Coopération Sénégal – Union européenne, suivant les procédures du neuvième Fonds européen de Développement (FED) pour le compte de la Direction des Mines et de la Géologie (DMG) et existent aux échelles de 1/500 000 pour les trois quarts du territoire et de 1/200 000 le long du fleuve Sénégal.

Le climat est de type désertique dans le Nord, et de type tropical dans le Sud, avec :

Les températures suivant les saisons :

Sur le littoral, la mer (avec le courant canarien froid) apporte de la fraîcheur, les températures sont de l’ordre de 16 °C à 30 °C mais le centre et l’Est du Sénégal peuvent avoir des températures allant jusqu’à 46 °C.

Pendant l’hiver en Europe, le Sénégal devient une destination appréciée permettant de développer une activité touristique.

De manière générale, l’Ouest du pays, représenté par le littoral, connaît des températures plus fraîches que l’Est grâce à l’océan. Le centre et l’Est du pays connaissent des températures continentales très chaudes pendant la journée, et fraîches la nuit.

Du Nord au Sud, il existe cinq types de domaines climatiques appartenant au climat tropical :

En 1960 le premier découpage administratif issu de l’indépendance avait créé une certaine disparité entre les sept régions d’origine – celle du Sénégal oriental étant alors onze fois plus étendue que celle du Cap-Vert. Ce déséquilibre a été corrigé par plusieurs réformes successives et notamment par un décret de 1996, dans le cadre de la politique de décentralisation qui a transféré aux collectivités locales certaines compétences d’abord détenues par le pouvoir central.

L’organisation territoriale mise en place en 1996 a subi plusieurs retouches dans l’intervalle, avec la création de la région de Matam en 2001, celle du département de Koungheul en 2006 ou encore, en 2008, l’élection des départements de Kaffrine, Kédougou et Sédhiou en régions à part entière, celle de 10 localités en départements, ainsi que la création de nouvelles communautés rurales et de nombreuses communes.

En 2009, le Sénégal compte 14 régions, 45 départements, 46 communes d’arrondissement, 113 communes de ville et 370 communautés rurales. Dirigés par un chef, les villages restent les cellules de base de cette organisation. On en dénombrait 13 544 lors du recensement de 1988.

Parcs et réserves naturels représentent 8 % du territoire national. Ils jouent un rôle majeur dans la préservation de l’environnement et contribuent de manière significative à l’essor touristique.

Dans ces aires protégées on dénombre au total 169 espèces de mammifères et 540 espèces d’oiseaux.

Le Sénégal compte six parcs nationaux : le Parc national du Niokolo-Koba dans l’Est du pays ; le Parc national des oiseaux du Djoudj ; le Parc national de la Langue de Barbarie dans la région de Saint-Louis ; le Parc national des îles de la Madeleine au large de Dakar ; le Parc national du delta du Saloum dans le Sud, ainsi que le Parc national de la Basse-Casamance, fermé depuis quelques années en raison des troubles dans la région.

Le pays compte également une trentaine de réserves naturelles de plus petite taille, telles que le Parc forestier et zoologique de Hann à Dakar, la Réserve de Guembeul, la Réserve de Bandia, la Réserve naturelle de Popenguine ou l’Aire marine protégée de Bamboung.

La plupart des études démographiques réalisées au Sénégal s’appuient sur les trois recensements effectués en 1976, 1988 et surtout 2002. En 2004, la Direction de la Prévision et de la Statistique, devenue Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) depuis 2006, a publié en outre des « Projections de populations du Sénégal issues du recensement de 2002&nbsp clean stainless steel water bottle;» anticipant l’évolution probable de la population du pays jusqu’en 2015.

Selon ces sources, la population du Sénégal – qui comptait environ 1 million d’habitants en 1900 et 2,8 millions au moment de l’indépendance en 1960 – s’élèverait aujourd’hui à 11 343 328 personnes (estimation au 31/12/2007) et pourrait atteindre 13 709 845 fin 2015. Cette population croît donc très rapidement, avec un taux de fécondité supérieur à quatre enfants par femme.

On observe une grande diversité ethnique : Wolofs (46,3 %), Peuls (21,8 %), Sérères (14,7 %), Diolas (3,7 %), Malinkés (3,0 %), Soninkés (2,1 %) Manjaques (2 %) et quelques autres ethnies moins nombreuses et plus localisées, sans compter les Libanais, les Marocains, les Européens et les Chinois, assez présents en milieu urbain. Fin 2007, 16 966 Français étaient inscrits dans les registres consulaires (y compris les binationaux).

Depuis longtemps la population était plutôt concentrée sur la façade atlantique, mais l’exode rural a accru l’inégalité de cette répartition. Désormais un Sénégalais sur quatre vit dans la presqu’île du Cap-Vert et la capitale est au bord de l’asphyxie.

Outre celle de Dakar, les régions les plus urbanisées sont Ziguinchor, Thiès et Saint-Louis. Les moins urbanisées sont celles de Kolda, Matam et Fatick. C’est dans la région de Tambacounda que l’on trouve la plus faible densité (11 habitants au km2).

Selon les estimations pour 2007, les centres urbains régionaux de plus de 100 000 habitants sont Touba (529 176) – qui a connu une croissance spectaculaire –, Thiès (263 493), Kaolack (185 976), Mbour (181 825), Saint-Louis (171 263), Ziguinchor (158 370) et Diourbel (100 445).

En 2007, le Sénégal abritait environ 23 800 réfugiés et demandeurs d’asile, dont plus de 20 000 étaient mauritaniens ayant fui la persécution ethnique, ainsi que certains du Libéria, de la Sierra Leone et d’autres pays.

Si le Sénégal accueille aussi des migrants, nombreux, saisonniers ou non, des pays limitrophes ou lointains, une forte communauté sénégalaise vit à l’extérieur du pays. Cette diaspora représente une ressource essentielle pour le pays, à la fois économique et identitaire. Les NTIC favorisent le maintien des liens familiaux et des réseaux traditionnels.

Ce sont principalement des hommes jeunes qui s’installent en Europe, surtout en France, ou en Amérique du Nord, notamment au Québec avec un projet de retour vers le pays au bout de quelques années. L’accroissement de l’immigration clandestine dans les pires conditions, notamment vers les îles Canaries, est une préoccupation majeure pour le Sénégal et les pays d’accueil.

Les plus désespérés veulent ignorer les risques, sensibles à la réussite de quelques-uns, et notamment de personnalités de la diaspora — nées au Sénégal ou de parents sénégalais — particulièrement dans les milieux artistiques ou sportifs.

D’abord pays d’émigration rurale soninké et hal pulaar de la vallée du fleuve Sénégal à destination de la France à partir de l’époque coloniale, puis des pays de la sous-région, le Sénégal a connu une émigration plus diverse, originaire à la fois du centre-ouest du pays et des grandes villes, lesquelles ont fait figure de lieux de passage et de transit vers l’international à partir des indépendances.

L’instabilité politique et économique des pays voisins et la fermeture des frontières européennes ont eu pour effet de modifier le système de migration tournante (ou noria) en une installation plus durable. Le contrôle de plus en plus strict des frontières françaises, à l’origine destination privilégiée, a conduit les flux migratoires à se redéployer vers de nouvelles destinations : en priorité l’Italie, l’Espagne mais aussi les États-Unis, le Canada, et plus récemment la Chine.

Le 15 avril 2010, Human Rights Watch a publié un rapport exhortant les autorités sénégalaises à règlementer toutes les écoles coraniques fréquentées par des dizaines de milliers d’enfants. Ces enfants talibés, estimés à 50 000 garçons, subissent parfois des abus qui les incitent à l’exil.

Il existe près d’un million d’immigrés guinéens au Sénégal.

Jusqu’en 1814, les comptoirs coloniaux ne devaient avoir qu’une fonction commerciale et avaient pour interdiction de développer une activité de production. « Pas même un clou » selon Colbert. À partir de 1814, au contraire les colonies ont une obligation d’autosuffisance, cette obligation est confirmée en 1866.

Le Sénégal possède la quatrième économie de la sous-région ouest-africaine après le Nigeria, la Côte d’Ivoire et le Ghana. Compte tenu de sa situation géographique et de sa stabilité politique, le Sénégal fait partie des pays africains les plus industrialisés avec la présence de multinationales qui sont majoritairement d’origine française et dans une moindre mesure américaine[réf. nécessaire]. De plus, le Sénégal est l’un des pays les plus industrialisés de l’ensemble ouest-africain puisqu’on y retrouve plusieurs multinationales[réf. nécessaire]. La main d’œuvre du pays se divise comme ceci : 15,5 % est consacré à l’agriculture, 21,7 % aux industries et 62,3 % sont consacrés aux services[réf. nécessaire].

Le Sénégal est le deuxième pays de la sous-région en matière de création d’emplois derrière le Nigeria, suivi par la Côte d’Ivoire et le Ghana[réf. nécessaire]. La présence des Grandes Écoles européennes et Nord-Américaines fait de ce pays fortement scolarisé[réf. nécessaire], le meilleur candidat de la sous-région en matière de création d’emplois. Les Sénégalais sont très doués sur la créativité et la gestion des affaires[non neutre].

Son économie est principalement tournée vers l’Europe et l’Inde[réf. nécessaire]. Ses principaux partenaires économiques sont la France, l’Inde, l’Italie. Cependant, depuis plusieurs années, la Chine est un partenaire de plus en plus grandissant comme en témoignent les sommets Chine-Afrique[réf. nécessaire].

Comparé aux autres pays du continent africain, le Sénégal est très pauvre en ressources naturelles ; ses principales recettes proviennent de la pêche, du tourisme et des services :

Le Sénégal est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine.

En 1994, la monnaie est dévaluée et une politique de libéralisation est activement menée. Le Sénégal essaye de rentrer dans les conditions requises par le Fonds monétaire international (FMI) afin de bénéficier d’un allègement de la dette pour le développement du pays. Depuis 2006, le Sénégal est dans la liste des pays éligibles.

Les difficultés économiques dues au poids de la dette ont entraîné un renforcement du syndicalisme :

L’Office National de Lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) créé en décembre 2012 pour lutter contre d’éventuelles tentatives de corruption. Composé de onze personnes nommées par le Président de la République.

L’aéroport international de Dakar-Léopold Sédar Senghor est le principal point d’entrée aérien vers le Sénégal. Le 25 mai 1971, l’avion supersonique Concorde fait un premier vol de démonstration Paris-Dakar en h 52 (dont h 7 en vol supersonique) et le 21 janvier 1976 ouvre pour la première fois sa ligne commerciale Paris-Dakar-Rio. Le président Senghor assiste à son arrivée à l’aéroport de Dakar ainsi que les premiers passagers supersoniques de l’histoire de l’aviation. Le 1er avril 1982, c’est la fin de la liaison Paris-Rio.

Créée en 2000, la compagnie aérienne Air Sénégal International, filiale du groupe Royal Air Maroc, proposait depuis le des destinations vers l’Europe et l’Afrique. Membre de l’IATA depuis le 28 mai 2002, elle fut sacrée meilleure compagnie aérienne africaine en 2003. À la suite de difficultés financières et de différends entre ses principaux actionnaires, Royal Air Maroc et l’État sénégalais, elle a cependant arrêté tous ses vols le .

Une nouvelle compagnie baptisée Sénégal Airlines, dont l’État sénégalais est actionnaire minoritaire, a été créée en octobre 2009. Cette nouvelle compagnie dessert à partir de Dakar, et à compter du début 2010, une vingtaine de destinations africaines. Senegal Airlines a annoncé en novembre 2009 à l’occasion du salon de Dubai avoir commandé 2 Airbus A330 et 4 Airbus A320. Mais en 2016, l’État retire la concession de commerce de la compagnie à cause du déficit budgétaire de l’entreprise.

Le réseau routier est bon dans l’ouest, mais se dégrade en allant de plus en plus à l’intérieur du pays. Le réseau de transport est bien développé dans les grandes villes avec des taxis, des bus et/ou des « cars rapides » en plus ou moins bon état. Dans les banlieues et les villes secondaires ce sont des taxis collectifs, des « cars rapides » et des calèches qui servent de transport. À l’intérieur du pays, les taxis-brousses sont utilisés pour se déplacer entre petites villes et villages. Le transport interurbain est assuré par des berlines à sept places, des bus interurbains et des cars blancs appelés Ndiaga Ndiaye qui peuvent être pris en allant dans les gares routières.

La gare de Dakar (gare de train) est la plus ancienne du Sénégal. Elle n’offre plus que la liaison Dakar-Thiès pour les voyageurs, la liaison avec Bamako (au Mali) étant désormais réservée au transport de marchandises.

Le transport maritime est constitué de chaloupes pour rejoindre l’île de Gorée à partir de Dakar, de la liaison maritime Dakar-Ziguinchor assurée par le Consortium sénégalais d’activités maritimes, de bateaux pour des croisières sur le fleuve Sénégal (comme le Bou El Mogdad). Il est constitué aussi de gros bateaux de transport de marchandises qui bénéficient du Port autonome de Dakar, qui est l’un des trois ports en eau profonde d’Afrique de l’Ouest, et de son terminal pour les conteneurs.

Les réseaux sont plus denses à l’Ouest du pays le long du littoral mais la circulation des marchandises et des personnes est particulièrement difficile vers Dakar et la presqu’île du Cap-Vert. Les infrastructures sont plus rares dans le Sénégal oriental et le désenclavement de ces régions constitue également un défi car les moyens de transport restent souvent traditionnels à l’intérieur du pays.

De gros efforts sont effectués au niveau des équipements. Ainsi de nombreux projets sont en cours :

« La culture est au début et à la fin du développement. »

Il existe une grande diversité linguistique à travers les langues au Sénégal. La Constitution de 2001 a reconnu au français le statut de langue officielle et à six langues celui de langues nationales, le wolof — langue parlée par le plus grand nombre de personnes (90 % des Sénégalais) même appartenant à d’autres ethnies — le sérère, le peul, le mandingue, le soninké et le diola. Cinq autres langues vernaculaires ont été promues peu après : le hassaniyya, le balante, le mancagne, le noon et le manjaque ; suivies de trois autres langues : le ménik, l’oniyan et le saafi-saafi ; d’autres ajouts de langues codifiées sont en cours. Au total ce sont près d’une vingtaine de langues qui pourraient bénéficier du statut de langue nationale au Sénégal.

La littérature sénégalaise a longtemps été connue dans le monde surtout à travers Léopold Sédar Senghor, à la fois poète et homme d’État, chantre de la négritude et figure emblématique de la francophonie. Parmi les autres auteurs désormais classiques figurent notamment les romanciers Cheikh Hamidou Kane, Birago Diop, Boubacar Boris Diop, mais aussi Ousmane Sembène qui portera à l’écran quelques-uns de ses propres romans. De leur côté les femmes sont particulièrement actives, voire incisives. En 1980, Mariama Bâ décrit avec une grande sensibilité la société polygame dans « Une si longue lettre ». Aminata Sow Fall, dans « La Grève des Bàttu » (1986), montre que le petit peuple n’était pas dépourvu de ressources. En 1996, le poète Alioune Badara Coulibaly, proche du poète Léopold Sédar Senghor, publie « Bon anniversaire, Sédar », rendant hommage au chantre de la Négritude pour ses 90 ans. Ce poète est à son cinquième livre de poésie avec le dernier intitulé « Rayons de soleil sur Saint-louis»(2009), en 1997, la romancière Fama Diagne Sène a obtenu le Grand Prix des Lettres du Sénégal avec son roman « Le chant des ténèbres ». Plus récemment, Fatou Diome rencontre le succès avec « Le Ventre de l’Atlantique » (2004), un roman qui met en scène, souvent avec humour, les rêves d’évasion des jeunes Sénégalais.

Tradition et modernisme, marquent l’architecture du Sénégal. L’habitat traditionnel, sobre et fonctionnel mais plus éphémère, utilise les matériaux locaux (pierre, terre, bois, paille), comme pour les cases peules ou les cases à impluvium casamançaises. La période coloniale a laissé des traces comme à Gorée ou à Saint-Louis, et ces sites figurent aujourd’hui sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Aujourd’hui, l’architecte Pierre Goudiaby Atepa a conçu plusieurs réalisations contemporaines, telle la Porte du Troisième millénaire à Dakar. À noter aussi de nouvelles constructions telles que le tunnel de la corniche ouest et le monument de la Renaissance Africaine, inauguré en 2010. L’autoroute à péage est en cours d’exécution.

Les arts plastiques ont été soutenus pendant la période où le président poète L.S. Senghor était au pouvoir à travers le mécénat d’état. Par la suite, ses successeurs ont eu des difficultés à poursuivre cette politique à cause de la crise économique. Diverses initiatives privées se sont développées afin de soutenir les artistes. Ces arts sont à l’honneur à travers le sculpteur Ousmane Sow de renommée internationale.

La série de timbres émise sous l’intitulé « Élégance sénégalaise » célèbre ces femmes belles et séduisantes qui impressionnaient déjà les observateurs d’autrefois et inspiraient les poètes : femmes peules au port altier, linguères de sang royal, signares fortunées de Sénégal ou de Gorée. Même avec de modestes budgets, le souci de l’apparence perd rarement ses droits au Sénégal : boubous, coiffures et bijoux sont choisis avec soin et fréquemment renouvelés childrens drinks bottle. Qu’ils portent l’habit traditionnel ou le costume, les hommes aussi sont attentifs à leurs tenues. En contrepoint, les tenues décontractées de certains touristes déconcertent parfois.

Dans le prolongement des activités anciennes de tissage et de teinture, l’industrie de la mode s’est tout naturellement épanouie dans le pays, avec quelques personnalités de premier plan telles que Collé Ardo Sow, Claire Kane et surtout Oumou Sy, à la fois costumière, styliste, décoratrice et femme d’affaires au rayonnement international.

Le cinéma sénégalais est l’un des plus anciens d’Afrique. Ses représentants les plus connus sont les cinéastes Ousmane Sembène — également romancier — et Djibril Diop Mambéty, auxquels il faut ajouter Tidiane Aw, ou Safi Faye, réalisatrice de films documentaires. Ces productions sont souvent mieux appréciées à l’étranger qu’au Sénégal où beaucoup de salles ont fermé, concurrencées par le marché plus florissant de la vidéo. On remarque également que nombre de films d’origines diverses ont été tournés dans ce pays au climat propice et aux paysages des plus photogéniques.

Les grands noms de la musique sénégalaise contemporaine sont : Youssou N’Dour, auteur-compositeur, musicien et interprète de renommée internationale. Ashraff 30, chanteur reggae, auteur et compositeur Baba Maal est un auteur-compositeur, interprète qui se produit internationalement ainsi que Ismael Lô auteur-compositeur, interprète Omar Pène auteur-compositeur et interprète et Coumba Gawlo Seck, auteur-compositeur.

Djembé, sabar, kora, xalam, tambour d’aisselle et balafon font partie des instruments traditionnels toujours très populaires. Parmi les instruments de percussion, le sabar et le mbalax désignent à la fois l’instrument de musique, un style de musique et une danse. Ce sont des sons typiques de la culture sénégalaise. Thione Seck qui est un auteur-compositeur-interprète de mbalax a su adapter la tradition et la modernité : il est apprécié par des fans de tous âges au Sénégal. Pape Diouf et Ndongo Lô (décédé le 16 janvier 2005), Ismael Lô (appelé Bob Dylan sénégalais)sont également des artistes de l’univers du mbalax. Cheikh Lô, auteur-compositeur, musicien et interprète a su allier le mbalax et des influences reggaes. À noter, Viviane Ndour, meilleure artiste sénégalaise 2006 et reine du mbalax, une des rares artistes féminines à avoir su se faire une place. Les instruments à corde telle que la kora connue dans toute l’Afrique de l’ouest sont à présent connus en dehors du continent à travers des groupes de jazz ou de world musique.

Dans « Un grain de vie et d’espérance », la romancière Aminata Sow Fall met en scène la place essentielle occupée par la cuisine sénégalaise dans la culture et la vie quotidienne du pays. La « teranga », ce sens de l’hospitalité cher au cœur des Sénégalais, s’exprime souvent autour d’un plat unique réunissant la famille et les amis. Relativement peu connue à l’étranger en dehors des communautés issues de l’immigration et de quelques restaurants de grandes villes, la cuisine sénégalaise a attiré l’attention des médias avec la publication du livre de Youssou N’Dour, « La cuisine de ma mère », vibrant hommage aux valeurs familiales comme aux plats relevés et longuement mijotés.

Cette cuisine présente quelques similitudes avec celles des pays d’Afrique de l’Ouest, mais elle accueille d’autres influences, venues d’Afrique du Nord, du Liban, de France ou du Portugal. Elle fait un large usage du poisson et des céréales (riz et mil) dans les plats nationaux, comme la thiéboudienne, le yassa de poulet, le thiéré, le maffé, la soupe kandia ou cette préparation plus sophistiquée qu’est le mulet farci à la saint-louisienne. Dans un pays majoritairement musulman, le thé, la tisane de kinkeliba et le bissap l’emportent sur les alcools, mais les bières locales – Flag ou Gazelle – et le vin de palme en Casamance ont aussi leurs adeptes.

L’éducation au Sénégal est l’une des plus avancées sur le continent[réf. nécessaire]. Le Sénégal peut se targuer d’avoir un enseignement de qualité avec des équivalences de diplômes des universités étrangères les plus prestigieuses tant en France qu’aux États-Unis.

Ceci permet également des échanges avec des étudiants qui viennent étudier au Sénégal dans le cadre d’études spécifiques sur le pays ou des étudiants sénégalais qui partent à l’étranger afin de diversifier leurs connaissances dans le cadre de recherche.

La population étant très jeune, la demande en formation est très forte sans compter la jeunesse des autres pays africains plus pauvres qui tente de terminer ses études à Dakar.

Malgré un taux de réussite au baccalauréat similaire en 2000 (37,67 %) et en 2011 (38,4 %), le nombre de bacheliers est passé dans l’intervalle de 9 000 à 30 000. Et naturellement, 80 % de ces bacheliers ont cherché à s’inscrire à la faculté, « objet de promotion sociale et de fierté, pour lequel les familles et les étudiants sont prêts à réaliser d’énormes sacrifices », explique le chercheur Olivier Provini, qui travaille sur les réformes universitaires africaines. Le problème majeur auquel font face ces nombreux bacheliers est l’expression française : durant toute leur cheminement scolaire, ils sont doivent jongler entre le français et la langue nationale, le wolof.

De nouvelles universités publiques ont été créées à Bambey, Thiès et Ziguinchor et les salaires des professeurs ont été revus à la hausse sous la présidence de Abdoulaye Wade. Ce qui a permis de freiner l’exode des cerveaux universitaires et à encourager le retour de certains qui étaient en Europe, aux États-Unis et ailleurs en Afrique. L’université de Kaolack va bientôt ouvrir ses portes également sous la présidence du nouveau président de la république Macky Sall. Cette nouvelle université va permettre le dés-engorgement des autres universités du pays mais aussi l’orientation d’un grand nombre d’étudiants. Ceci va aussi permettre le développement des autres régions du pays.

Le Sénégal est membre de l’organisation de la Francophonie (actuellement dirigée par son ancien Président Abdou Diouf, réélu en 2010 à la tête de cette organisation internationale) et est devenu un pays observateur au sein de la communauté des pays de langue portugaise (CPLP). Le Sénégal envisage de devenir membre à part entière de la CPLP[réf. nécessaire] alors que le portugais n’est parlé que par une très faible part de la population. linauguration de la deuxième université de Dakar et celle du Sine-Saloum est prévu début 2017.

Le rallye Dakar (ou « Le Dakar », anciennement rallye Paris-Dakar) est un rallye-raid professionnel, qui se dispute chaque année au mois de janvier, principalement sur le continent Africain avec arrivée en banlieue de Dakar sur une belle plage de sable face à l’océan Atlantique. Mais à la suite de morts d’enfants de villageois, la contestation est devenue internationale grâce au CAVAD, Collectif pour les Victimes anonymes du Dakar qui réunit des associations françaises, africaines, portugaises, espagnoles, marocaines, maliennes, guinéennes et sénégalaises.

Le football est un sport très apprécié des Sénégalais. L’équipe du Sénégal de football, dont les joueurs sont surnommés les Lions de la Téranga, est affiliée à la Fédération sénégalaise de football et à la FIFA depuis 1962. En 2002, au Mali, elle a manqué de peu la coupe d’Afrique face au Cameroun en finale et demi-finaliste de l’édition 2006. Elle se qualifie à la même année (2002) pour la phase finale de la coupe du monde de la FIFA, organisée en Corée et au Japon. L’équipe du Sénégal bat la France (championne du Monde et d’Europe en titre) en match d’ouverture de la coupe du monde et se qualifie pour la première fois de son histoire en quart de finale de la coupe du monde en battant la Suède 2 buts à 1 et devient par la suite la deuxième équipe d’Afrique à atteindre les quarts de finale après le Cameroun en 1990. Parmi les grands footballeurs sénégalais, on peut citer El-Hadji Diouf, Henri Camara, Khalilou Fadiga, Habib Beye, Tony Sylva, Mamadou Niang, Omar Daf, Ferdinand Coly ou, dans le passé, Jules Bocandé, mais aussi le manager Pape Diouf, ex-président de l’OM.

La lutte sénégalaise est une pratique ancrée dans la tradition. La lutte sénégalaise n’a rien perdu de sa popularité, à travers des combats aussi brefs que spectaculaires. Ce sport est incarné par d’impressionnants champions tels que Yékini, qui, en 2005, l’a emporté sur Tyson, un redoutable adversaire qui avait su conserver le titre pendant près de cinq ans, mais sera battu à deux reprises par un autre poids lourd sénégalais, Sérigne Dia, dit Bombardier. D’importants enjeux économiques sont désormais liés à ce sport. Et les cachets mis en jeu peuvent atteindre de nos jours près de 350 000 000 FCFA, soit 750 000 dollars. Tradition destinée à célébrer la fin des récoltes, la lutte est devenue le sport national, détrônant même le football. Il se pratique partout : clandestinement, sur les terrains vagues, dans des tournois amateurs et dans des championnats professionnels médiatisés. La version sénégalaise, « avec frappe », autorise les coups de poing pour surprendre l’adversaire. Les combattants sont les héritiers d’une culture : ils se préparent en s’aspergeant de potions concoctées selon les recommandations des marabouts.

La boxe a connu ses lettres de gloire avec Battling Siki (1897-1925), champion du monde à 25 ans et premier Africain à remporter un titre mondial de boxe, reste dans toutes les mémoires. Plus près de nous, le Franco-sénégalais Souleymane Mbaye est devenu champion de France WBC des lourds-légers. Léonard Tavarez fut aussi champion de France des poids légers en 1969.Le prometteur Mouhamed Ali Ndiaye évoluant en Italie il est detenteur de plusieurs titres internationaux en petite catégorie.

Le basket-ball est moins prisé que le football, c’est cependant un sport très pratiqué, stimulé par les succès de son équipe nationale de basket-ball, les Lions du Sénégal et des joueurs tels que DeSagana Diop, Boniface N’Dong, El Kabir Pene, Maleye N’Doye, Xan Dalmeida ou Gorgui Sy Dieng qui fut en 2015 pour sa première année avec les lions à l’Afrobasket meilleur pointeur et meilleur rebondeur du tournoi. Noté que l’équipe fut éliminé en demi finale par le Nigeria futur vainqueur de la compétition. Sans oublier les braves lionnes(Aya Traoré, Fatou Dieng, Mame Marie Sy, Ndèye Sène, Aminata Dièye, Fatoumata Django, Fatou Binetou Thiam, Bineta Diouf, Mame Diodio Diouf, Awa Guèye, Aminata Nar Diop et Coumba Sarr) qui, après la médaille d’argent au Liban aux 6e jeux de la francophonie en septembre 2009, ont remporté en octobre 2009 la 21e coupe d’Afrique des nations (CAN) jouée à Madagascar. Et ont de même remporté la dernière coupe d’Afrique des nations en octobre 2015.apres avoir gagne la can de 2015 les lionnes du basket ont eu la promesse de letat de faire un palais omnisport dont luniguration est prevu en debut 2017. en 2016 les ravaux du palais omnisport sont lances a diamniadio.

Les autres sports sont également bien représentés : l’équipe sénégalaise de pêche sportive (Moussa Mbengue, Abdoulaye Kébé, Cyril Calendini, Dominique Dussaut) est devenue championne du monde en 2002 et 2003. Séduits par des conditions météorologiques souvent clémentes et les ressources côtières, les visiteurs viennent nombreux pour pratiquer les sports nautiques tels que la plongée sous-marine ou le surf, et la réputation des Almadies ou de la vague de Ouakam n’est plus à faire. De son côté, l’aviation de loisir – notamment l’ULM – permet une approche inédite des paysages, dans une contrée dépourvue de vraies montagnes. Cap Skirring et le Sine-Saloum constituent alors des destinations de choix. Le skate commence peu à peu à prendre de l’importance avec des associations et tournois et aussi avec la création d’un skate park a Dakar.

Même si les médias au Sénégal bénéficient d’une situation relativement favorable par rapport à d’autres pays africains, leur dépendance à l’égard du pouvoir reste forte et des incidents surviennent occasionnellement, comme ce fut le cas lors de la répression d’une manifestation contre la vie chère en mars 2008. L’Agence de Presse Sénégalaise (APS), un organisme autonome créé en 1959, détient le monopole de la diffusion des informations distribuées au Sénégal par les agences de presse mondiales. En 2015, le Sénégal situe à la 71e place – sur 180 pays – du classement mondial de la liberté de la presse établi chaque année par Reporters sans frontières.

La presse écrite sénégalaise a débuté au cours du XXe siècle pendant la période coloniale :

Aujourd’hui les principaux titres de la presse sont :

Économique et maniable, la radio constitue aujourd’hui le seul véritable média de masse et le moyen de communication le plus égalitaire au Sénégal.

La télévision fait ses débuts au Sénégal en 1963 avec l’aide de l’UNESCO mais les émissions régulières ne débutent véritablement qu’en 1965. Grâce aux satellites, les plus fortunés peuvent capter les chaînes privées internationales, mais l’usage de la télévision reste souvent populaire et collectif.

Selon l’Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal (OSIRIS), le nombre d’utilisateurs d’Internet était de 650 000 en septembre 2007. Au 30 septembre 2007, il y avait 34 907 abonnés, dont 33 584 avec une connexion ADSL. On estime actuellement à plus de 800 le nombre de points d’accès à Internet dans le pays. En avril 2007, 1 921 domaines « .sn » étaient déclarés et 540 sites étaient effectivement en ligne.

Dans un pays où la convivialité et la palabre sont au cœur de la vie familiale et sociale, la téléphonie mobile s’est développée très rapidement. Les deux opérateurs qui se partagent le marché sont la Sonatel (dont les services sont commercialisés depuis 2006 sous la marque Orange) et Tigo. À eux deux, ils comptaient 4 122 867 abonnés le . On n’en dénombrait que 269 088 pour la téléphonie fixe à la même date, mais il faut prendre en compte les 17 000 télécentres disséminés sur tout le territoire.Un troisième opérateur, Expresso appartenant au soudanais Sudatel a été admis dans le marché et en 2010 un rapport de l’Union internationale des télécommunications et de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp) a fait état de sept millions cinq cents (7,5 millions) abonnés.

Il existe plusieurs religions et croyances au Sénégal. La population sénégalaise est très majoritairement musulmane (environ 95%). Cet Islam est essentiellement de tradition soufie et est connu pour sa tolérance et son ouverture à l’altérité. L’islamisation du pays date du XIe siècle (voir l’histoire du Sénégal), époque à laquelle les Almoravides conquièrent le Nord du Sénégal. Les deux principales confréries musulmanes dominante sont la Tidjaniyya et la Mouridiyya. L’apparition du christianisme est beaucoup plus récente. Aujourd’hui, les chrétiens (catholiques, évangélistes, protestants) représentent 4 % de la population du Sénégal. Finalement, l’animisme 1%, avec ses rites et ses croyances, est toujours présent et est pratiqué principalement dans le Sud-Est du pays. Ailleurs il cohabite souvent avec les autres religions. Le Sénégal est un modèle en matière de cohabitation pacifique religieuse. Lors des différentes fêtes religieuses, les Sénégalais ont pour habitude d’offrir des repas à leurs voisins pratiquant d’autres religions.

La santé au Sénégal est jugée à la pointe grâce à des partenariats entre la France et le Sénégal qui ont débuté dès la période coloniale par l’ouverture des premières écoles de médecine. Les Sénégalais se portent mieux et vivent plus longtemps – l’espérance de vie à la naissance en 2011 est de 57,85 ans pour les hommes et de 61,77 ans pour les femmes, soit de 59,78 ans pour la population globale – et le taux de prévalence du SIDA est l’un des plus faibles d’Afrique avec 0,9 % de la population séropositive. Selon un rapport de l’OMS le Sénégal est le pays de la sous région le plus avancé dans l’organisation des soins de santé publique et privé de la sous région, plus en avance même que certain pays du Maghreb. La faculté de médecine de l’Université Cheikh-Anta-Diop et ses annexes sont dotées d’équipements à la fine pointe à l’image des pays européens, permettant ainsi des recherches telles que celles du professeur Souleymane Mboup sur le VIH.

Cependant quelques endémies restent préoccupantes, comme le paludisme ou les bilharzioses, et de grandes disparités subsistent dans le pays, si l’on songe par exemple que 70 % des médecins et 80 % des pharmaciens et des dentistes sont installés dans la capitale.

La médecine traditionnelle avec des tradipraticiens reste souvent la solution la moins onéreuse pour les plus démunis.

De nombreuses personnalités de renommée internationale ou ayant eu une influence historique, culturelle sont d’origine sénégalaise ou tout simplement nées au Sénégal. Parmi les plus connues : le Chevalier de Saint-George (musicien éminent à la cour de Louis XVI, grand escrimeur et guerrier engagé dans la Révolution, de mère sénégalaise), les érudits musulmans Oumar Tall, Malick Sy, Ayuba Suleiman Diallo (imam devenu esclave) et Ahmadou Bamba Mbacké, Limamou Laye, ainsi que Baye Niass, le premier député sénégalais en France Blaise Diagne, ou l’ancien député français puis président du Sénégal et membre de l’Académie française Léopold Sédar Senghor, l’historien physicien et anthropologue Cheikh Anta Diop, les frères Diouf (ex-membres du groupe québécois Les Colocs), ou encore le chanteur Youssou N’Dour, sans oublier le célèbre danseur et chorégraphe Maurice Béjart, quarteron, fils d’un métis de Saint-Louis, Gaston Berger, philosophe créateur de la prospective. L’œuvre de Maurice Béjart est actuellement poursuivie par son élève Germaine Acogny dans le Dialaw. Bineta Diop, née en 1950, est la fondatrice de l’ONG FAS femmes africa solidarité ; elle figure en 2011 au classement Time des 100 personnalités qui font bouger le monde.

Les personnalités politiques françaises Ségolène Royal, Rama Yade ainsi que les rappeurs Didier Awadi, Alioune Badara Thiam dit Akon, les joueurs de football Patrick Vieira et Patrice Évra, le chanteur Ycare, et encore deux membres de la Sexion d’Assaut Lefa et Adama Diallo sont nés au Sénégal. Les rappeurs français Booba, Disiz la PesteMHD ,16 art, Babass, Alpha 5.20, Dadoo, Mokobé de par son père, la réalisatrice et scénariste Karine Silla et Sefyu sont d’origine sénégalaise, tout comme les joueurs de foot Gomis, Mamadou Sakho et quelques autres joueurs de l’Équipe de France.

Ordres nationaux :

Ordres ministériels/spécifiques :

Le Sénégal a pour codes :

Sur les autres projets Wikimedia :

(Généralités uniquement)

. Karine Abdel Malek, Mamadou Cissé, Proverbes et dictons wolofs, Paris, Présence Africaine, 2014 (ISBN 978-2-7087-0842-6)

Afrique du Nord

Algérie · Égypte · Libye · Maroc · Soudan · Tunisie

Afrique de l’Ouest

Bénin · Burkina Faso · Cap-Vert · Côte d’Ivoire · Gambie · Ghana · Guinée · Guinée-Bissau · Liberia · Mali · Mauritanie · Niger · Nigeria · Sénégal · Sierra Leone · Togo

Afrique centrale

Cameroun · République centrafricaine · République du Congo · République démocratique du Congo · Gabon · Guinée équatoriale · Sao Tomé-et-Principe · Tchad

Afrique de l’Est

Burundi · Djibouti · Érythrée · Éthiopie · Kenya · Ouganda · Rwanda · Seychelles · Somalie · Soudan du Sud · Tanzanie

Afrique australe

Afrique du Sud · Angola · Botswana · Comores · Lesotho · Madagascar · Malawi · Maurice · Mozambique · Namibie · Swaziland · Zambie · Zimbabwe

États non reconnus internationalement

Sahara occidental · Somaliland

Liste der Baudenkmale in Kublank

In der Liste der Baudenkmale in Kublank sind alle denkmalgeschützten Bauten der Gemeinde Kublank (Mecklenburg-Vorpommern) und ihrer Ortsteile aufgelistet. Grundlage ist die Veröffentlichung der Denkmalliste des Landkreises Mecklenburg-Strelitz mit dem Stand vom 18. März 2011.

Alt Schwerin | Altenhagen | Altenhof | Altentreptow | Ankershagen | Bartow | Basedow | Beggerow | Beseritz | Blankenhof | Blankensee | Blumenholz | Bollewick | Borrentin | Bredenfelde | Breesen&nbsp safe water bottles;| Breest | Briggow | Brunn | Buchholz | Burg Stargard | Burow | Bütow | Carpin | Cölpin | Dargun | Datzetal | Demmin | Duckow | Faulenrost | Feldberger Seenlandschaft | Fincken | Friedland | Fünfseen | Galenbeck | Genzkow | Gielow | Gnevkow | Godendorf | Göhren-Lebbin | Golchen | Gotthun | Grabow-Below | Grabowhöfe | Grammentin | Grapzow&nbsp best toothpaste dispenser;| Grischow | Groß Kelle | Groß Miltzow | Groß Nemerow | Groß Plasten | Groß Teetzleben | Grünow | Gültz | Gülzow | Hohen Wangelin | Hohenbollentin | Hohenmocker | Hohenzieritz | Holldorf | Ivenack | Jabel | Jürgenstorf | Kargow | Kentzlin | Kieve | Kittendorf | Klein Vielen | Kletzin | Klink | Klocksin | Knorrendorf | Kratzeburg | Kriesow | Kublank | Kuckssee | Kummerow | Lärz | Leizen | Lindenberg | Lindetal | Ludorf | Malchin | Malchow | Massow | Meesiger | Melz | Mirow | Möllenbeck | Möllenhagen | Mölln&nbsp water containers for runners;| Moltzow | Neddemin | Neetzka | Neubrandenburg | Neuenkirchen | Neukalen | Neustrelitz | Neverin | Nossendorf | Nossentiner Hütte | Peenehagen | Penkow | Penzlin | Petersdorf | Pragsdorf | Priborn | Priepert | Pripsleben | Rechlin | Ritzerow | Röbel/Müritz | Röckwitz | Rosenow | Sarow | Schloen-Dratow | Schönbeck | Schönfeld | Schönhausen | Sommersdorf | Schwarz | Siedenbollentin | Siedenbrünzow | Sietow | Silz | Sponholz | Staven | Stavenhagen | Stuer | Torgelow am See | Trollenhagen | Tützpatz | Userin | Utzedel | Varchentin | Verchen | Vipperow | Voigtsdorf | Vollrathsruhe | Walow | Waren (Müritz) | Warrenzin | Werder | Wesenberg | Wildberg | Woggersin | Wokuhl-Dabelow | Wolde | Woldegk | Wredenhagen | Wulkenzin | Wustrow | Zepkow | Zettemin | Zirzow | Zislow

Christchurch

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Zélande

Christchurch (en māori Ōtautahi) est la deuxième plus grande ville de la Nouvelle-Zélande, la première de l’île du Sud et la capitale régionale de Canterbury. Elle est située au nord de la péninsule de Banks, sur la côte Est de l’île du Sud.

La ville fut nommée par le Canterbury Association, qui s’installa dans la région. Le nom de Christchurch fut choisi lors de la première réunion de l’association, le 27 mars 1848. Il fut suggéré par J. R. Godley, qui avait étudié à Christ Church College, à Oxford (Angleterre). Au début certains l’appelèrent « Christ Church », mais dans le compte-rendu de la réunion décidant le nom on écrivit « Christchurch ».

Son nom māori, Ōtautahi, est un raccourci de « Te Whenua o Potiki-Tautahi », qui honore le chef Ngāi Tahu Tautahi, qui était implanté à Port Levy sur l’Avon, là où est aujourd’hui situé le pont de Barbadoes Street.

Christchurch est situé dans le Canterbury, au milieu de la côte est de l’île du Sud, entre la péninsule de Banks et les plaines de Canterbury. Il est situé près de la pointe sud de la baie de Pegasus et est délimitée à l’est par l’océan Pacifique ainsi que l’estuaire des fleuves Avon et Heathcote. Le sud et le sud-est sont dominés par des collines volcaniques, les Port Hills. Au nord on trouve le fleuve Waimakariri water bottle glass.

Le fleuve Avon qui coule dans la ville fut nommé ainsi en honneur de celui dans l’Ayrshire, en Écosse, sur demande des frères Deans, originaires de la région.

Au centre de la ville, on trouve Cathedral Square, autour de la cathédrale anglicane. Les environs du square, délimités par les quatre avenues de la ville (Bealey, Fitzgerald, Moorhouse et Rolleston), constituent le Central business district de Christchurch. Le Central City abrite aussi des zones résidentielles, dont Inner City East, Inner City West, Avon Loop, Moa et Victoria.

Cathedral Square est un point de repère et de rencontre populaire. On y trouve un speakers’ corner célèbre pour le Wizard of New Zealand (« Mage de Nouvelle-Zélande »), Ian Brackenbury Channell.

Le Central City inclut la rue piétonne Cashel ; à un bout on trouve le pont du Souvenir, et à l’autre l’amphithéâtre appelé Hack Circle.

(dans le sens des aiguilles d’une montre, en partant du nord)

(dans le sens des aiguilles d’une montre, en partant du nord)

Lyttelton ; Tai Tapu ; Lincoln ; Prebbleton ; Rolleston ; West Melton ; Rangiora ; Kaiapoi

Le climat de Christchurch est océanique, avec une température comprise entre 15 °C et 25 °C en janvier (mais 30 °C et plus sont possibles) et entre °C et 15 °C en juillet. En été le vent du Pacifique soufflant du nord-est limite la hausse des températures. Cependant, en février 1973, on mesura une température pour les maximales de 41,6 °C. Le nor’wester, un vent chaud à effet de foehn soufflant du nord-ouest (d’où son nom) peut parfois prendre un caractère de tempête, causant des dégâts mineurs.

En hiver, les températures inférieures °C sont fréquentes la nuit. On compte en moyenne 70 jours de givre par an. La neige tombe environ deux fois par an sur les collines et une ou deux fois en plaine.

Lors de certaines nuits froides d’hiver, la proximité des collines et l’air froid et calme contribuent à la création d’une couche d’inversion. Le gaz d’échappement des véhicules et la fumée de combustion sont alors prisonnières de cette couche et il se forme du smog. Christchurch a souvent dépassé les limites de pollution de l’air admises par l’Organisation mondiale de la santé mais l’air qu’on y respire y est cependant de bien meilleure qualité qu’à Mexico ou Los Angeles. La mairie essaie de mettre à niveau les systèmes de chauffage de la ville pour essayer de limiter la pollution.

Le 6 mars 2004, la région administrée par le Conseil communal de Christchurch avait une population de 344 100 habitants, en faisant la seconde ville de la Nouvelle-Zélande et la première de l’île du Sud. La région métropolitaine de Christchurch est la troisième du pays après celles d’Auckland et de Wellington.

Le tableau suivant montre le profil ethnique de la population de Christchurch selon les recensements de 2001 et 2006. Les pourcentages montent au-dessus de 100 % parce que certains s’identifient comme membres de plus d’un groupe ethnique. Les chiffres de 2006 ne s’appliquent qu’à la ville de Christchurch et non sa région métropolitaine. La grande baisse du pourcentage d’« Européens » est dû au nombre grandissant de personnes s’identifiant comme « Néo-Zélandais », quoique cette dénomination n’était pas officiellement sur le formulaire.

Le recensement de 2006 inclut également de l’information sur le multilinguisme de la région. Selon les résultats, 283 986 personnes habitant la ville de Christchurch ne parlent qu’une langue, tandis que 37 947 en parlent deux, et 7 881 en parlent trois ou plus. Voici un tableau qui montre les résidents étrangers de Christchurch en 2013.

Christchurch est le siège d’un évêché catholique et d’un évêché anglican.

Au début de la colonisation européenne de la région, son économie était essentiellement agricole. Les premiers fabricants transformaient de la matière première agriculturelle (particulièrement laitière et du mouton) en marchandise prête à la consommation. La présence assez ancienne de l’Université de Canterbury et d’autres institutions académiques ont encouragé la création de nombreuses industries de la technologie safe water bottles. Le tourisme est également un acteur important, Christchurch étant près des pistes de ski, parcs et autres attractions des Alpes du Sud et étant desservie par l’aéroport international de Christchurch. La ville est particulièrement visitée des japonais, étant jumelée avec la ville de Kurashiki ; il y a des panneaux en japonais autour du square de la Cathédrale et plusieurs églises étant particulièrement prisées de couples souhaitant s’y marier.

L’administration locale consiste en plusieurs organisations :

En 1993 la Fondation Bertelsmann décerna à Christchurch le prix de la ville la mieux gouvernée du monde (« Best Run City in the World »), ex-aequo avec Phoenix (Arizona).

En enseignement secondaire, Christchurch est connu pour plusieurs lycées du style des public schools du Royaume-Uni, dont Christ’s College, St. Andrew’s, St Margaret’s College, et le Rangi Ruru Girls’ School. On y trouve également le Burnside High School, connu pour son enseignement dans le domaine de la musique et la deuxième école la plus grande de la Nouvelle-Zélande

Mexico Home G.DOS SANTOS 10 Jerseys

Mexico Home G.DOS SANTOS 10 Jerseys

BUY NOW

$266.58
$31.99

, avec 2 650 étudiants.

En enseignement supérieur, on trouve l’Université de Canterbury, l’Université Lincoln, l’Institut polytechnique de technologie de Christchurch, et la faculté de médecine de l’Université d’Otago.

Christchurch est desservie par l’aéroport international de Christchurch, des lignes de bus et de train. Les bus locaux, connus sous le nom de Metro, sont sous l’autorité du Canterbury Regional Council, et il existe des lignes gratuites d’autobus limitées au centre-ville. Le moyen de transport le plus utilisé reste néanmoins la voiture. Le terrain de la ville étant très plat, le Conseil communal installe plusieurs pistes cyclables.

Il y a un tramway, mais son parcours est limité à un circuit du centre-ville et est donc plutôt d’intérêt touristique. Les trams furent introduits en 1905 et cessèrent leur service en 1954, étant réinstallés comme attraction touristique en 1995.

La ligne ferroviaire du nord va à Kaikoura et Picton, utilisant des trains TranzCoastal ; la ligne du sud va à Invercargill en passant par Dunedin. Le train le plus célèbre partant de la gare de Christchurch est le TranzAlpine, qui prend la ligne du sud jusqu’à Rolleston, puis prend la ligne Midland et passe par les Alpes du Sud en prenant le tunnel Otira, terminant le trajet à Greymouth dans le Westland. C’est, de par les paysages traversés, une ligne purement touristique.

Des fouilles archéologiques menées à Redcliffs en 1876 ont trouvé des traces des premiers habitants de la région : des tribus qui chassaient des moa vers 1250. L’histoire orale māori relate qu’ils habitaient la région déjà aux environs de l’an 1000. Ces premiers habitants sont remplacés par la tribu waitaha, qui y aurait migré depuis la côte est de l’île du Nord dans le XVIe siècle. Après des guerres tribales, les Waitaha (composés de trois peuples) furent dépossedés par la tribu Kāti Mamoe, elle-même subjuguée plus tard par les Ngāi Tahu, qui contrôleraient la région jusqu’à l’arrivée des Européens.

À la suite de l’achat des terres de Putaringamuto (aujourd’hui Riccarton) par les frères Weller, chasseurs de baleine, un groupe de pionniers européens, dirigés par les messieurs Herriott et McGillivray, s’établissent dans ce qui est aujourd’hui la région de Christchurch vers 1840. Leurs fermes abandonnées seront achetées par les frères Deans en 1843. Les quatre premiers navires de la Canterbury Association arrivent le 16 décembre 1850, amenant les 792 premiers « pèlerins du Canterbury » au port de Lyttelton. Ces navires sont le Randolph, la Charlotte-Jane, le Sir George Seymour, et le Cressy. Ces nouveaux pionniers pensaient construire une ville autour d’une cathédrale et une université, d’après Christ Church College à Oxford. Le nom de « Christchurch » fut décidé le 27 mars 1848, avant même l’arrivée des navires.

Le capitaine Thomas, le géomètre expert du groupe, explore la région. En décembre 1849 il commande la construction d’une route entre Port Cooper (aujourd’hui Lyttelton) et Christchurch via Sumner. Sa construction s’avère plus difficile que prévu ; elle est suspendue le temps de construire un petit chemin utilisable à cheval entre le port et la vallée de Heathcote. Ce chemin fut baptisé « Bridle Path » (« Chemin du bride »), parce que sa pente est tellement raide qu’il faut mener les chevaux par leurs brides.

Tout ce qui était trop lourd ou trop grand pour être transporté de cette manière était mis dans des petits navires, qui feraient un trajet d’environ 13 km longeant la côte jusqu’à l’estuaire de Ferrymead ; la première ligne ferroviaire publique de Nouvelle-Zélande sera celle de Ferrymead-Christchurch, ouvert en 1863. On fit construire un tunnel dans les Port Hills dû à la diffulté du terrain ; cette ligne mènera jusqu’à Lyttelton et sera ouverte en 1867.

Christchurch devient officiellement ville de par un décret royal du 31 juillet 1856 ; elle est la première de Nouvelle-Zélande. Beaucoup des édifices gothiques de l’architecte Benjamin Mountfort datent de cette période.

Christchurch sera le centre administratif de la province de Canterbury.

En 1947 eut lieu le pire incendie urbain de Nouvelle-Zélande, dans le magasin Ballatyne’s de Christchurch ; 41 personnes y perdront leur vie.

On inaugure le tunnel entre Lyttelton et Christchurch en 1964.

Elle sera hôte des Jeux du Commonwealth en 1974.

Le 4 septembre 2010, à 4h35 locale, la ville est frappée par un séisme de magnitude 7 sur l’échelle de Richter qui ne fait aucune victime.

Nouveau séisme de magnitude 6,3, le 22 février 2011 à 12h51 locale. 185 personnes ont trouvé la mort.

Le 13 juin 2011, un nouveau séisme de magnitude 6 frappe la ville faisant 1 mort et 45 blessés, provoquant l’effondrement de plusieurs bâtiments dans le centre-ville et poussant le gouvernement à décider l’abandon d’une partie des quartiers Est de la ville, les plus soumis aux séismes à répétition.

De très nombreux édifices historiques, dont la cathédrale, sont partiellement ou totalement détruits.

Cette série de séismes, à la fois mortels et ayant détruit le plus ancien patrimoine architectural du pays, marquera profondément les néo-zélandais.

Christchurch a longtemps été le point de départ de plusieurs expéditions en Antarctique, dont ceux de Robert Falcon Scott et Ernest Shackleton, qui partirent du port de Lyttelton. Au centre-ville il y a une sculpture de Scott faite par sa femme.

Le International Antarctic Centre, en face de l’aéroport international de Christchurch, abrite un musée et des équipements pour les programmes antarctiques des États-Unis et de la Nouvelle-Zélande. C’est la base principale pour des vols de ravitaillement des bases de McMurdo et Scott.

Le grand nombre de parcs et jardins de Christchurch lui valent le surnom de « Garden City ». Le parc Hagley et le Jardin botanique de Christchurch (grand de 30 ha et fondé en 1863), sont au centre-ville. Le parc Hagley est particulièrement prisé des personnes souhaitant faire du sport ; ils y jouent au golf, au cricket, au netball et au rugby. On y tient également de nombreux concerts.

Les premiers cinémas furent construits autour du square de la cathédrale, mais aujourd’hui il ne reste que le complexe Regent, renommé Regent on Worcester en 1996. Les cinémas les plus grands sont le Hoyts sur l’avenue Moorhouse et le Reading dans le centre commercial de Shirley. Le Christchurch Arts Centre inclut deux cinémas, le Cloisters et le Academy, qui montrent des films étrangers, classiques et contemporains et participent à un festival de cinéma annuel. Les amateurs de cinéma ont une association, le Canterbury Film Society.

Le Christchurch Arts Centre abrite également un théâtre, le Court Theatre.

Il y a un orchestre symphonique professionnel, l’Orchestre symphonique de Christchurch (Christchurch Symphony Orchestra).

Christchurch accueille chaque janvier un festival international des musiciens ambulants, le World Buskers Festival.

Christchurch est aussi la ville natale de la chanteuse soprano Hayley Westenra.

Paul Cleave est un auteur néo-zélandais qui est né à Christchurch. Ses romans Un père idéal, Un employé modèle et Nécrologie, se déroulent tous dans cette ville.

Christchurch abrite le second stade le plus grand de Nouvelle-Zélande, le Westpac Arena, pouvant accueillir entre 5 000 et 8 000 personnes selon la configuration. On y voit jouer les équipes de sport locaux, dont de basket-ball et de netball. Il a accueilli le Championnat international de netball de 1999 ainsi que beaucoup de concerts.

L’auditorium de Christchurch (2 000 personnes), ouvert en 1974, contient un excellent orgue.

Christchurch a également un casino et une télécabine.

Le deuxième Australasian Championships, futur Open d’Australie de tennis a eu lieu à Christchurch en 1906.

L’équipe de rugby à XV s’appelle les Crusaders et possède le plus beau palmarès de toutes les équipes du Super 14 et Super 12. Le Canterbury Rugby Football Union représente la province lors de l’Air New Zealand Cup.

L’équipe de netball est les Canterbury Flames, jouant dans le National Bank Cup.

Les Canterbury Rams représentent la ville en basket-ball.

L’équipe de cricket s’appelle les Canterbury Wizards.

Le Queen Elizabeth II Park a accueilli les Jeux du Commonwealth de 1974. Très détérioré par les séismes de 2010 et de 2011, il est détruit en 2012 metal water bottle with straw. Le AMI Stadium accueille les matches de rugby en hiver et de cricket en été. Poritt et Nunweek Parks (à Avonside et Bishopdale, respectivement), on joue au hockey sur gazon. Il y a également plus d’une douzaine de terrains de golf.

Christchurch est jumelée avec les suivantes villes :

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé «  » ().

Sur les autres projets Wikimedia :